Interview pour le fanzine ZOOP ! Alternativ’zine N°01 (Juin 2017)

 

Je connais Stéphane depuis une quinzaine d’année maintenant,

essentiellement par correspondance bien qu’on se croise sur des concerts… On ne peut pas le rater car il bouge beaucoup et pose régulièrement avec Marylène des stands à vous couper le souffle tant par la qualité que par la quantité. A l’occasion de leur prochain et peut être dernier festival dans les Vosges, échanges de mails à bâtons rompus avec des activistes passionnés, forcenés et bien sûr… un peu dérangés !

On dirait que vous êtes tombés dans la musique quand vous étiez petits…

 

Stéph : Salut Fluck ! Tout d’abord merci pour ces quelques questions ! C’est avec beaucoup de plaisir que de participer au nouveau ZOOP ! Fanzine que je lis depuis pas mal d’années !!! Et ouais il est vrai qu’on se connait depuis quelques temps maintenant… Les années passent, mais la rage est toujours là ! Et c’est bien l’essentiel. En tout cas ça fait hyper chaud au coeur de voir des personnes comme toi, qui ne changent pas, qui restent toujours aussi motivées et toujours aussi actifs !!!

En ce qui concerne la zik, je ne sais pas si je suis tombé dedans tout petit car mes parents n’étaient pas (et ne sont toujours pas) très rock’n’roll ! Je fus plutôt bercé du côté de ma mère par Mike Brant, Frédéric François, Claude François etc… et du côté de mon père par Michel Sardou, Michèle Torr, Richard Antony etc… Donc il faut bien avouer que ce n’est pas grâce à mon entourage que je suis tombé dans le rock’n’roll et donc encore moins dans le punk ! Ceci dit, si tu regardes les albums photos familiaux, tu vas trouver pas mal de photos de moi avec guitare, micro, ou seul en train de chanter etc… Mes parents m’ont toujours dit que je dansais tout le temps dès qu’il y avait de la zik. Donc il devait y avoir déjà un petit « truc » à la base… Puis vers 13-14 ans je me suis mis à écouter des trucs plus « rock » comme The CURE (dont je suis toujours ultra fan !!!), The PSYCHEDELIC FURS, DEPECHE MODE, U2, RENAUD, INDOCHINE etc…

Quant au punk, tout a débuté tout bêtement lorsque j’ai vu pour la première fois des punks au look de ouf (crêtes, cheveux verts, rouges, perf cloutés etc…) à Londres lors de mon premier voyage scolaire (au collège en 3ème). Je n’avais jamais vu ça en France au auparavant ! J’avais flashé !!! Et comme j’étais sur Londres, j’ai tout de suite essayé de trouver de la zik punk, ce qui n’était vraiment pas difficile puisque le moindre shop de disques de l’époque en était blindé ! Ma première K7 punk donc fut « The great rock’n’roll swindle » des SEX PISTOLS avec qui j’ai pris une putain de baffe !!! Je l’écoutais en boucle ! De retour en France, je me suis procuré les BERU, SHERIFF, WASHIGNTON DEAD CATS, Les RATS, LUDWIG VON 88, GOGOL 1°, PARABELLUM etc… et c’est parti comme ça…

 

Marylène : je ne sais pas si on est tombés dans la musique, en tous cas on y est restés ! La plupart des gens écoutent de la musique, d’abord celle de leurs parents, puis celle de leurs propres choix à l’adolescence. Seulement, souvent au bout de quelques années, la musique prend de moins en moins de place dans leur vie, ils s’y intéressent moins, ne sortent plus en concert et finissent par ne plus en écouter. De notre côté on prend toujours autant de plaisir à découvrir et à écouter de bons groupes ainsi que de fréquenter les concerts un peu partout.

 

On va éviter de détailler toute la discographie (reproduite plus bas)…. Parlez-nous seulement de récentes productions ?

 

Stéph : Nous en sommes à 70 co-prods depuis la création du label courant 2001. Les dernières prod en date sont le split LP de BLACK CODE (crust métal Besançon) / UNREST (crust-core-grind Allemagne), le 6ème album de SIMBIOSE « Trapped » (crust-core-grind Portugal), le split EP de DOOMSISTERS (crust-grind-sludge Vosges) / PER CAPITA (crust-core Allemagne) et enfin 3ème album de FREDAG DEN 13:E « Domedagar » (crust Suéde).Et là nous venons de recevoir le nouvel et 3ème album de HUMAN COMPOST (crust-punk bastard from hell de Besançon).

Ensuite devrait arriver sous peu le split LP de BAKOUNINE (crust D-beat Breton) / The FLUE SNIFFERS (anarcho-punk U.K) et le repressage du LP d’HELLO BASTARDS (anarcho-HxC-crust U.K).

Perso je suis super content de tous ces derniers disques car d’une part, je kiffe grave tous ces groupes que ce soit au niveau musical, des textes ou de l’attitude, et d’autre part, j’aime aussi beaucoup toutes les pochettes des disques qui sont toutes différentes mais toutes super chouettes, bien travaillées. Le style de zik de tous ces groupes est différent mais tout aussi riche et intense ! De plus, tous ces disques ont été co-produits avec pas mal de label de potes, donc c’est en sorte de chouettes coups de cœur qui ont été concrétisés…Je peux dire également que ce fut de belles rencontres, de bons échanges, de bonnes rigolades, de bons moments passés avec les membres de ces groupes dont certains sont devenus depuis de bons potes !

Marylène: Je rejoins Steph dans le sens où nous avons fait dernièrement de belles rencontres avec notamment SIMBIOSE du Portugal, FREDAG DEN 13:E de Suède ou encore les anglais d’HELLO BASTARDS pour ne parler que d’eux. Des gens super sympas avec qui le courant est passé de suite et avec qui nous partageons pas mal de points de vue. Depuis nous sommes toujours en contact. Je ne parle même pas des groupes avec qui nous sommes amis depuis un petit bout de temps maintenant (PSYCHO SQUATT, MALAÏSE, LUST FOR DEATH, DOOMSISTERS…)

 

Comment se passe la sortie d’un disque chez Déviance ?

 

Marylène: Comme chez un peu tout le monde j’ai envie de dire ! Un groupe a un projet, on l’aide si nos finances nous le permettent. Nous intervenons à d’autres niveaux selon les besoins : parfois on file juste un coup de main pour monter les pochettes ou juste pour distribuer les disques par ex. Sinon lorsqu’on coproduit le disque, on se charge généralement des visuels, du pressage, de la distribution et de la promo.  Une fois les disques reçus, on partage les exemplaires entre le groupe et tous les labels qui ont participé à la co-production.

Nous accordons beaucoup d’importance à la promotion du disque. Quand DEVIANCE sort une co-prod, en général on le sait ! Steph s’occupe de la promotion par courrier, mail, radio et par le biais de notre site Internet. Moi je m’occupe de créer et faire imprimer des flyers que nous distribuons partout où cela est possible.

Stéph: Et bien de 3 façons assez simples en fait :

– Soit c’est le groupe qui nous contacte directement car il cherche des labels pour co-produire son disque.

– Soit c’est un label qui nous propose une co-prod pour un groupe.

– Soit c’est après avoir vu un groupe en concert, après avoir rencontré un groupe qu’on a eu un coup de cœur et qu’on propose au groupe de l’aider.

Donc si on kiffe le groupe musicalement et que nous sommes sur la même longueur d’onde, on discute et on se lance dans l’affaire !

Ensuite c’est contrat « moral » avec confiance réciproque entre le groupe et nous. On se charge de devis, graphisme, pressage (c’est Marylène qui gère tout cela), promo (flyers, internet, courrier, radio) / les échanges (ça, c’est plus ma partie).

Lorsqu’on produit un groupe, on file 20% de skeuds gratos au groupe et les 80% restants se divisent entre les labels selon leurs parts. Puis ensuite chacun essaye de les distribuer au mieux, les échanger, les vendre etc..

 

Vous ne sortez plus votre fameux fanzine, qui se distinguait par une mise en page avec des découpages à l’ancienne qui en jetait pas mal ? T’as désormais abandonné les plans colle / papier / ciseaux et l’abonnement photocopie pour une newsletter régulière par manque de temps ?

 

Marylène: A l’époque du zine, je n’avais pas encore intégré l’équipe DEVIANCE, mais j’avais eu l’occasion de lire les derniers numéros quand je suis arrivée à Nancy. Des découpages à l’ancienne qui en jetaient pas mal !  (Humm !!! Steph va bicher !!!). Mais j’ai insisté pour qu’il arrête de faire des collages pour les affiches de concert. On a remplacé ciseaux, colle et photocopies par clavier, écran, couleur et impression laser…

Stéph : Effectivement c’est le problème de manque de temps. La motivation est toujours là ! Mais j’ai l’impression que le temps file plus vite ! Donc tu ne peux pas tout faire, il faut faire des choix. On gère notre label, notre distro (Sucette distro), notre site de vente en ligne, notre émission de radio (Sauve qui punk), tout ça à 3 personnes seulement. Marylène,  Moutch (activiste de l’ombre !) et moi.  Donc ce n’est déjà pas si mal !!! Et nous organisons en plus quelques concerts avec quelques copains/copines qui nous filent un coup de main. Donc c’est beaucoup d’activités et cela prend énormément de temps, trop pour se consacrer à un nouveau n° du zine. J’aimerais bien ressortir un N° à l’occas, mais pour cela il faudrait mettre une autre activité en stand-by… Choix difficile…

A l’époque du zine DEVIANCE,  j’avais décidé de faire un fanzine avec pas mal de collages version « old school » années 80’. Une partie à la main et une partie à la machine à écrire car je trouvais la forme beaucoup plus chaleureuse, plus personnelle  plus artisanale ! J’aime le ton personnel d’un fanzine grâce aux collages, aux montages photos, à la mise en page etc…mais aussi grâce à l’écriture manuscrite. Tout ce qui permet à un zine de ne pas ressembler à un autre. Pour moi le fond et la forme sont aussi importants et doivent tous deux être travaillés. J’aime nettement moins les zines montés entièrement à l’ordi sans touche personnelle. J’aime bien les zines qui sortent du lot, qui sont originaux, comme ZOOP !!!
Concernant les collages c’est la même chose, cela reste très important pour moi. J’aime aussi bien le côté esthétique / art version CRASS que le côté destroy-slogan version SEX PISTOLS. Les collages sont vecteurs de messages ! C’est percutant ! Ca flashe !  Et puis les collages ont toujours fait partie de la culture punk comme forme d’identité, comme signe de rébellion et d’anticonformisme. Je reste très attaché à ce type d’expression.  Je dis souvent : le rap a ses graffs, le hardcore a ses stickers et le punk a ses collages !

Mais faire un fanzine est un taf considérable ! Tu es bien placé pour le savoir ! Ca prend énormément de temps. C’est ce qui nous manque…

 

J’ai cru comprendre que tu étais amateur de vin blanc d’Alsace ! Faut dire que vous êtes bien situés en la matière… Peux-tu m’éclairer sur le sujet, car je n’y connais rien en vins…

 

Stéph: En fait le vin blanc est le premier vin que je me suis mis à boire. Etant plus jeune je ne buvais que de la bière, vodka, pastis etc… et puis vin blanc ! Je ne suis passé au vin rouge qu’à partir de 30 balais. On peut dire que je me suis bonifié avec le temps, comme le vin  (ah ah ahh !). Mais pour ton info, ma région préférée niveau vin serait plutôt la Bourgogne…

Ceci dit pour en revenir à l’Alsace, il est vrai que nous sommes bien situés puisque nous sommes à peine est à peine 60km ! On t’invite donc à la maison si tu veux découvrir la route des vins en Alsace que je conseille vivement à toutes et à tous car il y a vraiment de magnifiques villages typiques Alsaciens, châteaux, de chouettes paysages, un terroir très riche et belles randos à faire !

La route des vins s’étant de Thann (au pied des Vosges) jusqu’à Marlenheim (extrême nord de l’Alsace, au-dessus de Strasbourg, ver le Col de Saverne), soit 170km traversant de vals en coteaux tous les vignobles ainsi que plus de 60 villages ! Tu peux ainsi aller à la rencontre des quelques 1000 producteurs de vin alsaciens.

Les vins d’Alsace sont de grands vins blancs aux arômes intenses et frais dont l’expression pure et vibrante est profondément liée à leur origine : un climat privilégié, des terroirs d’une exceptionnelle diversité géologique et un savoir-faire vigneron reconnu. (J’ai bien appris la leçon n’est-ce pas ?). Tu pourras y déguster Edelzwicker, Sylvaner, Riesling, Muscat, Pinot Blanc, Pinot Noir, Pinot Gris, Gewurztraminer (Vendanges Tardives et Grains Nobles), ses A.O.C et grands crus (Zotzenberg, Kaefferkopf, Altenberg De Bergheim etc…), 51 en tout !!! Mais également le Rouge D’Ottrot (le seul rouge d’Alsace !), Crémant et bon nombre de liqueurs et spiritueux. Sans oublier ses visites de caves et dégustations, les musées du vignoble, musées viticoles etc…

Marylène : Je crois que Steph a déjà pratiquement tout dit ! Pour ma part j’ai bu pas mal de blanc d’Alsace aussi dans ma jeunesse puisque l’Alsace est ma région d’origine, j’y ai vécu pas mal d’années. Ce que je conseille en rouge c’est le « Rouge d’Ottrot » et en blanc, du Pinot gris « vieilles vignes ». Tu m’en diras des nouvelles ! Sans oublié une petite bouteille de Gewurzt « Vendange Tardive » de temps à autre. Un pur délice !!! Et oui il faut bien se faire plaisir !

Par contre c’est comme partout, plus c’est touristique et plus le vin est cher ! On peut trouver du très bon vin aux tarifs abordables plutôt dans le nord de l’Alsace (Bas-Rhin) en privilégiant l’achat directement chez le vigneron. Voici quelques bonnes adresses : René Albrecht-Ernst (Orschwihr), François Schmitt (Orschwihr),  Anne De Laweiss (Kientzheim-Kaysersberg), Alexandre Arbogast (Dahlenheim), Domaine A.Ruff & fils (Heiligenstein) par exemple. En ce qui concerne les liqueurs et spiritueux, sans d’hésitation, distillerie Jos Nusbaulmer à Steige !

 

Marylène anime Darkest Hours ? Une émission dark, ça se fait rare…

 

Stéph: Marylène a animé pendant 5 ans « Sauve qui punk » seule. Puis elle s’occupe également de quelques sessions gothiques, cold-wave, dark-wave, électro-goth, indus, batcave etc… sur les ondes de Radio Graffiti Nancy les jeudis après notre émission. On écoute beaucoup de punk mais le goth est notre 2ème style de musique préférée. Mais je laisse la parole à Marylène puisque la question lui est adressée !

Marylène: En fait ce n’est pas une émission. « DARKEST HOURS » c’est une session gothique que j’ai préparée et qui est intégrée à la programmation générale. Il y a environ 500 morceaux qui tournent de façon aléatoire sur quatre jeudis de 21h30 à minuit, d’ailleurs en ce moment je suis en train de travailler sur une nouvelle session, je vais ôter environ 150 morceaux et en insérer autant de nouveaux.

Les émissions ne sont pas si rares que ça, on en trouve en podcast : Fragments de Pierre (sur radio Judaica) ou en webradios (Shadowplay) ou encore des mix sur mixcloud (DJ Eurydice), en cherchant bien, on trouve !!!

J’espère que tu auras remarqué le nom de la session est un clin d’œil à CLAN of XYMOX !

Sinon, avec Steph nous animons « SAUVE QUI PUNK » juste avant (de 20h30 à 21h30) et là pour le coup c’est une vraie émission avec de la zique, des infos, des nouveautés, un agenda…. Redif les dimanches à 17h sur radiograffiti.fr pour les amateurs.

 

Dans le registre gothique justement vous m’avez fait découvrir un groupe dont je ne me lasse pas : Angels of Liberty ! Avez-vous d’autres merveilles en tête à nous conseiller ?

 

Stéph : Moi je suis complétement fan d’ANGELS of LIBERTY ! Une des meilleures découvertes de ces dernières années ! Je peux écouter ce groupe plusieurs fois par semaine, ça me fait toujours le même effet, le même plaisir ! C’est toujours aussi intense ! Concernant les groupes que j’aime énormément, il y a les incontournables comme BAUHAUS, JOY DIVISION, The SISTERS of MERCY, The CURE, CLAN of XYMOX, CORPUS DELICTI, DEAD CAN DANCE, FIELDS of the NEPHILIM, KILLING JOKE, ROSETTA STONE, RAMMSTEIN, MINISTRY, NEW MODEL ARMY (je suis ultra fan depuis des années !!!), VIOLET STIGMATA, ROSA CRUX, ALIEN SEX FIEND, LOVE LIKE BLOOD etc…

Sinon parmi les découvertes des dernières années et nouveautés des derniers mois, voici quelques perles qui m’ont bien scotché : AFTER DUSK, SOROR DOLOROSA, MIAZMA, AEON SABLE, CANIS LUPUS, BROTHERHOOD, ROT on the MARCH, MERCIFUL NUNS, AHRAYEPH, BURNING GATES, ARTS of EREBUS, The CEMETARY GIRLZ, DATE at MIDNHIGHT, Dr ARTHUR KRAUSE, CHRISTINE PLAYS VIOLA, SWEET ERMENGARDE, YABANCI, The WAKE, GOLDEN APES, GÖTTERDÄMMERUNG, DESCENDANTS OF CAIN, INTO the MIST, JOY//DISASTER (excellent groupe de Nancy !!!), MISERY LAB, DAS PROJEKT, PINK TURNS BLUE, KALT etc…

Voilà, je te laisse « surfer » sur internet pour découvrir les groupes que tu ne connais pas encore…. En tout cas je peux te conseiller une bonne distro/label goth de Paris : Manic Depression (http://www.manicdepressionrecords.com/) où j’ai trouvé des petites merveilles !

Marylène: Dernièrement j’ai eu plusieurs coups de cœur, principalement des groupes italiens… La scène gothique (en tant que terme générique) est très développée dans ce pays. Les dernières claques ont pour noms ASH CODE et SOVIET SOVIET.  ASH CODE est un groupe électrowave, genre que j’aime tout particulièrement, en tant que fan de DEPECHE MODE de la première heure, dès qu’il y a du synthé c’est la fête !  Leur premier LP est sorti cette année sur le label parisien Manic Depression, et se nomme « Oblivion ».  SOVIET SOVIET c’est plutôt orienté post-punk avec une voix qui me fait parfois penser à Peter Murphy de BAUHAUS.

D’autres groupes de la scène italienne qui sont super biens aussi : DYSTOPIAN SOCIETY (que l’on a pu voir à Ivry sur Seine dans le cadre « Unpleasant meetting fest »), CHRISTINE PLAYS VIOLA, HORROR VACUI, AVANT-GARDE etc…).

Je suis également une grande fan de FRUSTRATION. Pas une nouveauté, mais je ne m’en lasse pas ! J’espère les voir prochainement en concert, je n’ai malheureusement pas pu me libérer les deux fois où ils sont passés dans notre région…

Dans un registre plus dark, j’ai découvert récemment un groupe turc nommé SHE PAST AWAY.

Il y a aussi SECT qui est sorti il y a quelques temps maintenant qui est un mélange de post-punk et d’anarcho-punk (le chant me fait penser à DIRT) super bien foutu. Dans le même genre mix anarcho-punk et post-punk, CROSS STITCHED EYES. Ca a été la claque la première fois que j’ai entendu ce groupe ! Pareil pour AMEBIX pour l’album « Sonic Mass », je l’écoute hyper souvent ! Pour finir, les ricains de SPECTRES, je ne m’en lasse pas non plus !!

Pour la touche locale, je rejoins Steph à propos de JOY//DISASTER, groupe assez  connu maintenant, qui joue depuis 2005 et qui a fait plusieurs fois le tour de l’Europe. Il y a également NOCTULE SORIX de Metz qui est pas mal.

Sinon j’aime un bon nombre de classiques comme SIOUXIE and the BANSHES, PROJECT PITCHWORK, VIOLET STIGMATA, SUBTERFUGE, CINEMA STRANGE, The CASSANDRA COMPLEX, BAUHAUS, The CURE, KILLING JOKES, KRAFTWERK, MIGUEL and the LIVING DEAD, ALIEN SEX FIEND etc…

 

Vous organisez un festival près de chez vous et ce festival sera le dernier suite à des soucis avec la municipalité, d’après ce que j’ai pu comprendre…

 

Marylène: Et oui, malheureusement nous n’avons pas pu nous entendre avec le maire qui est visiblement trop près de ses sous et largement anti-culture, anti-affiches, anti-associations… Reste plus qu’à attendre les prochaines élections municipales en espérant un changement de maire… et la possibilité de reprendre les concerts !

Stéph: En fait j’ai organisé avec l’aide de potes 1 petit festoche punk-rock 1 fois par an à Rambervillers (25 km d’Epinal) depuis 2002. L’aventure a duré jusqu’en 2010. A l’époque la mairie était de gauche et nous avions un deal assez simple avec eux. La mairie nous mettait à disposition gracieusement la salle 1 ou 2 fois maxi par an pour ce festoche, nous nous chargions de l’orga, de la promo, du nettoyage etc… et la mairie comptait ce festoche comme l’une de leurs animations parmi toutes les autres. Et en guise de remerciement, on filait un petit coup de main pour la fête de la zik de la municipalité en organisant un plateau punk-rock de 3 groupes. Un deal donnant / donnant !

On a fait une pause un an avant de reprendre en 2012 avec un festoche plus orienté anarcho-punk/crust.

Mais changement de municipalité en 2014 et tout bascule à droite ! Après avoir été reçus par la nouvelle responsable de la culture courant 2014, le deal de la salle gratos etc… est reconduit à notre grande surprise il faut bien l’avouer ! Donc 2013-2014 on organise 4 festoches ce qui nous a permis de faire venir FREDAN DEN 13:E, MALAISE, The BORING, ESCAPE, SIMBIOSE, PRINCE RINGARD, GERANÏUM, VISIONS OF WAR, UNFIXED, HELLO BASTARDS, BREAKOUT etc…

Mais pour le dernier festoche organisé en Avril 2015, on a eu la mauvaise surprise de recevoir une lettre d’information deux semaines avant le concert, expliquant que toute location de salle de la municipalité serait facturée de 135€. Pas trop d’inquiétude pour nous puisque nous avions la parole de la responsable de la culture pour la salle gratos. Mais pour assurer le coup, j’ai essayé de la joindre par téléphone plusieurs fois, mais sans succès. Les personnes concernées n’étant jamais dispo. J’ai envoyé 2-3 mails qui sont restés sans réponses. Du coup j’ai envoyé une lettre officielle en tant que président de l’asso, mais toujours aucune réponse. (A noter tout de même que le concert était annoncé sur le site internet de la Mairie ainsi que sur leur lettre d’infos !). La municipalité à joué au jeu de l’autruche ! Puis le jour où je suis allé chercher les clés à la Mairie, la secrétaire de Mairie, me dit « pas de soucis, organisez votre concert, vous avez les clés et l’autorisation de buvette ». Ouf, nous voilà rassuré ! Mais deux mois après le concert, nous recevons une facture de 135€, alors qu’à aucun moment nous en avions été avertis !!! (Belle surprise alors que tous les groupes/factures avaient été payés !). Aucun courrier de la Mairie, personne ne s’est déplacé, personne ne nous a demandé si le festoche c’était bien passé, si nous avions perdu de l’argent ou pas etc… Nous étions pris à la gorge d’autant plus que nous avions perdu 300€ sur le dernier festoche… Un poignard dans le dos ! Du coup explication avec le Trésor Public qui se retourne contre la Marie etc…etc… Puis après deux coups de téléphone peu sympathiques du Maire et grosse explication (voir engueulade), il capitule finalement en s’excusant et en annulant la facture… Donc fin de l’histoire…

Conclusion, nous n’avons vraiment plus envie d’organiser quoique ce soit à Rambervillers. Nous n’avons pas envie d’être manipulés à nouveau par une municipalité sournoise et fausse qui nous a instrumentalisés à leur fin ! Ils nous ont pris pour des cons, donc, qu’ils en trouvent désormais d’autres !!! De plus nous avons appris depuis, que nous ne sommes pas les seuls à connaitre les déboires de ce maire arrogant, imbu de sa personne et sans parole !

Ce qui est le plus malheureux dans tout cela, c’est que Rambervillers est une petite ville (environ 5500 habitants) des Vosges fortement impactée par le chômage (fermeture d’usines du textile, papeteries etc…), donc les seules qui dynamisent l’agglomération, et bien ce sont les associations ! Mais le Maire ne s’en est apparemment pas encore rendu compte et la ville meurt peu à peu toujours un peu plus…

 

On avait pu découvrir The Vile par un set époustoufflant lors du Festival Maloka ? C’est ce concert qui vous a donné envie de les faire jouer ? Comment ça s’est passé avec eux, pis avec les autres  ?

 

Marylène: C’est vrai que le concert aux Tanneries était vraiment bien, pas seulement eux d’ailleurs, je me souviens particulièrement du passage d’ENGLISH DOGS qui bougeait bien aussi !

Je ne sais plus comment on a été amenés à les faire jouer mais Steph a dû en discuter avec le chanteur avec qui il est en contact depuis plusieurs années. On voulait les inviter et ils voulaient venir, à partir de là le plus gros était fait !

Stéph: Ouais ça c’est passé comme ça. Le set des ENGLISH DOGS et The VILE nous avait bien scotché, du coup on tape la causette avec les membres des groupes autour de quelques bières, et en tout en discutant, Rat le chanteur de The VILE (et VARUKERS entre autre), nous dit qu’il voulait revenir avec son groupe pour un week-end sur Mars ou Avril. Donc on s’est empressés de lui proposer une date. On lui a directement demandé leur cachet afin de ne pas avoir de mauvaise surprise et comme ça collait avec ce qu’on donnait à la tête d’affiche généralement, l’affaire s’est conclue de suite… On a juste gardé le contact par mail pour décider de la date exacte et on s’est chargés de leur trouver 2 autres dates à leur demande booké le week-end complet. Et voilà…

Sinon le concert s’est super bien passé avec un set énorme et avec une surprise d’une 10aine de reprise des VARUKERS !!! Rat avait 50 balais le soir-là, et comme le guitariste de The VILE est également le gratteux des VARUKERS, ils se sont fait plaisir à reprendre des morceaux de VARUKERS ! Moi j’étais aux anges vu que j’écoute les VARUKERS depuis l’âge de 16-17 ans !!

 

Et pour conclure, comme toujours, vos projets ?

 

Stéph: Niveau prods, on va recevoir cette semaine le nouvel et 3ème album des potes de HUMAN COMPOST. Ensuite devrait arriver le split LP BAKOUNINE / The FLUE SNIFFERS, le repressage du LP d’HELLO BASTARD, puis le 5ème album de MEINHOF, le nouvel LP de MALAÏSE. Et plus tard viendra le split LP de PSYCHO SQUATT / Les FOSSOYEURS SEPTIK, split LUST FOR DEATH / SATURNINE…

Niveau concert, rien de prévu à ce jour même si nous avons trouvé un autre lieu où organiser des concerts. Un bar branché « rock » (punk, ska, métal, HxC etc…) à St-Dié (25 km de chez nous) qui se nomme « L’ENTRACTE II ». Y’a pas mal d’asso qui organisent là-bas, donc pas mal de concerts toutes les semaines ! Un chouette endroit !

Voilà, merci encore pour ton interview, ton soutien ! On ne manquera pas d’ouvrir une bonne bouteille de vin d’Alsace la prochaine fois qu’on te croisera ! En tout cas bonne continuation à toi et longue vie à ZOOP !!!

Marylène: Pour les co-prods à venir, tout est dit…. Ce serait bien que l’orga de concert fasse bientôt à nouveau partie de nos projets !!! Sinon on va continuer sur notre lancée, les concerts, le label, la distro, la radio….

Reste plus qu’à te remercier d’avoir pensé à nous pour cette interview !